Arcānum | Paris Insolite & Secret | Histoires sur les Mystères de Paris

RECHERCHE


Abonnez-vous aux histoires d'Arcānum

Dès le début du 19ème siècle, de nombreuses fêtes étaient données à Paris, où l’on pratiquait avec des filles aux « mœurs légères », une sorte de danse animée consistant à sautiller en bougeant ses membres au rythme de la musique de fanfare : c’était le « chahut ». Un peu plus tard, on se mit à danser de manière plus structurée en levant les jambes l’une après l’autre tout en agitant les bras en soufflet, comme s’il fallait simuler des ailes de canard : la danse devint le « coin-coin ».

Par la suite, de nombreux étrangers intrigués par cette danse enivrante vinrent profiter des soirées parisiennes où les culottes fendues et les jupons donnaient à l’ambiance une teneur particulièrement érotique. Or lorsque les anglais et les américains parlaient de ces « french-parties », leur prononciation tronquée transformait le mot « coin-coin » en « can-can », ce qui dessina progressivement l’appellation finale de la danse : le « french-cancan » !

Le phénomène fut parallèlement propagé par des établissements célèbres tels que Le Bal Mabille, le Paradis Latin, le Lido et le Moulin Rouge où les danseuses vedettes « La Goulue » et « Nini Pattes en l’air » s’appliquaient à codifier la danse pour l’intégrer dans les spectacles de cabaret et faire tourner la tête de ces messieurs…

l'origine du french-cancan

l’origine du french-cancan

ABONNEZ-VOUS AUX SECRETS DE PARIS
Les meilleures histoires sur le Paris Insolite & Secret !
RECEVEZ NOS HISTOIRES INSOLITES
Abonnez-vous aux meilleures anecdotes sur le Paris Insolite & Secret !
Votre e-mail restera privé et protégé

Paris

L’origine amusante du French-Cancan

16th Avr '17
Abonnez-vous aux histoires d'Arcānum

Dès le début du 19ème siècle, de nombreuses fêtes étaient données à Paris, où l’on pratiquait avec des filles aux « mœurs légères », une sorte de danse animée consistant à sautiller en bougeant ses membres au rythme de la musique de fanfare : c’était le « chahut ». Un peu plus tard, on se mit à danser de manière plus structurée en levant les jambes l’une après l’autre tout en agitant les bras en soufflet, comme s’il fallait simuler des ailes de canard : la danse devint le « coin-coin ».

Par la suite, de nombreux étrangers intrigués par cette danse enivrante vinrent profiter des soirées parisiennes où les culottes fendues et les jupons donnaient à l’ambiance une teneur particulièrement érotique. Or lorsque les anglais et les américains parlaient de ces « french-parties », leur prononciation tronquée transformait le mot « coin-coin » en « can-can », ce qui dessina progressivement l’appellation finale de la danse : le « french-cancan » !

Le phénomène fut parallèlement propagé par des établissements célèbres tels que Le Bal Mabille, le Paradis Latin, le Lido et le Moulin Rouge où les danseuses vedettes « La Goulue » et « Nini Pattes en l’air » s’appliquaient à codifier la danse pour l’intégrer dans les spectacles de cabaret et faire tourner la tête de ces messieurs…

l'origine du french-cancan

l’origine du french-cancan

ABONNEZ-VOUS AUX SECRETS DE PARIS
Les meilleures histoires sur le Paris Insolite & Secret !
RECEVEZ NOS HISTOIRES INSOLITES
Abonnez-vous aux meilleures anecdotes sur le Paris Insolite & Secret !
Votre e-mail restera privé et protégé

Send this to a friend